Sélectionner une page

Certaines professions, comme celle des conducteurs professionnels, prédisposent aux maux du dos. Cet article permettra d’en savoir plus sur ces métiers à risques et aidera à découvrir quelques conseils de professionnels pour éviter de se blesser au dos et/ou pour réduire la douleur.

Le mal de dos et les métiers à risques

Les maux du dos peuvent naître de la répétition de gestes inadaptés dans la vie quotidienne tels que les travaux ménagers, ceux du bureau ou la position en voiture.

Ainsi, certains métiers sont vraiment source du mal de dos et sont particulièrement exposés à la lombalgie.

C’est le cas des conducteurs professionnels comme les chauffeurs de taxi, les conducteurs d’engins, les chauffeurs, les routiers, livreurs ou agriculteurs, etc.

En outre, toutes les personnes devant manipuler de lourdes charges telles que les déménageurs, les ouvriers ou les manutentionnaires sont également exposés à cette affection.

Il y a aussi le personnel soignant en milieu hospitalier, devant déplacer plusieurs fois par jour des malades à mobilité réduite. Il en est de même pour les services des garderies dont le personnel est souvent amené à porter des enfants.

Il ne faut pas oublier les personnes dans les activités commerciales, qui doivent fréquemment soulever des charges plus ou moins manœuvrables.

Pour la plupart de ces métiers, ce sont les vibrations qui jouent un rôle dans la genèse du mal de dos. Pour certains, c’est surtout la monotonie du travail, ne permettant pas de changer de position et pouvant accentuer la douleur.

Conseils pour les métiers à risques

Pour diminuer les risques de se blesser au dos, il est recommandé aux personnes concernées de suivre quelques précautions. Ce n’est pas évident de les pratiquer tous les jours, mais au moins, elles permettent d’atténuer les maux de dos.

Dans tous les cas, pour soulever un objet lourd, il est impératif de le mettre le plus près possible du corps. Il faut le soulever en faisant une extension des jambes et en fléchissant les genoux. Le mouvement à éviter est de soulever en se penchant en avant.

Dans les cas de conducteurs, il faut adopter la bonne posture. Il s’agit d’incliner le dossier à 110° par rapport au siège, avancer celui-ci de sorte que les genoux puissent se fléchir entre 30 et 45°, le cou étant relâché et les bras servir d’appui sur le volant.

Il est également impératif d’opter pour un siège qui épouse la forme et la courbure de la colonne vertébrale et essayer de se détendre au volant.

Il est aussi possible d’apporter des modifications dans l’espace de travail tel que l’achat d’un siège spécial, l’ajout d’aides mécaniques, voire les conseils d’un expert en ergonomie. Sinon, pourquoi ne pas faire porter des ceintures lombaires aux salariés à risque ?

Pratiquer un sport régulièrement, comme la natation, la course à pied, les sports collectifs ou la musculation douce permet de renforcer la musculature dorsale.

En outre, des exercices de musculation et d’assouplissement des muscles du dos et des abdominaux, sur les conseils avisés d’un kinésithérapeute ou d’un professeur de sport, améliorent les symptômes.