Sélectionner une page

La douleur lombaire est souvent confondue avec un mal de reins, alors qu’il s’agit la plupart du temps des causes variables de mal de dos. L’important est de consulter un médecin qui posera le diagnostic et conduira les examens complémentaires.

Nous ferons un tour d’horizon des causes les plus connues et les traitements disponibles pour soigner les douleurs.

Les causes de la douleur lombaire

Le mal de reins fait partie du diagnostic différentiel d’une douleur lombaire qui peut avoir plusieurs causes variables. À part les plus courantes comme les affections musculaires, les causes discales, les traumatismes, les troubles de la statique vertébrale et les causes rhumatismales, le mal de dos peut également être confondu avec d’autres affections.

Les causes incluent toutes les pathologies des viscérales de l’abdomen, telles que la lithiase rénale, hydronéphrose, une pancréatite ou l’abcès rénal. Il y a aussi la pyélonéphrite, un fécalome ou une occlusion intestinale et les affections gynécologiques telles que la rétroversion utérine, une grossesse ou une infection des ovaires ou des trompes.

Ce sont aussi les maladies osseuses touchant les vertèbres lombaires. Elles peuvent se manifester sous forme de maladie de Paget, d’ostéoporose, d’ostéomalacie, de myélome, d’épiphysite vertébrale, d’ostéite, de maladie de Pott ou de spondylodiscite.

Un mal de dos peut aussi être d’origine tumorale en intégrant toutes les tumeurs vertébrales telles que les métastases, la maladie de Hodgkin, l’hémangiome ou le lymphosarcome. Les tumeurs de voisinage peuvent être la cause de la compression des troncs nerveux.

Enfin, un relâchement musculaire abdominal, à cause d’un manque d’exercices, d’un surpoids ou d’une origine psychosomatique, peut causer une douleur lombaire.

Comme les causes sont diverses, il est très important de consulter un médecin, voire un spécialiste en neurochirurgie, pour poser le diagnostic, orienter les examens complémentaires et établir le traitement adéquat. Sans cette consultation, la douleur peut devenir chronique, invalidante et frustrante.

Les traitements possibles pour soigner le mal de dos

Les traitements disponibles pour soigner la douleur lombaire sont nombreux.

La ceinture lombaire permet d’envelopper le dos et soulage le mal. Elle peut vraiment aider le patient à suivre une activité quotidienne normale et aussi vite que possible. La ceinture limite la prise des médicaments et prévient les faux mouvements. Elle est conseillée pour certains métiers de magasinage ou pour les longs trajets…

Trois catégories de médicaments sont couramment utilisées : les antalgiques de type 1, 2 et 3. Ils sont donnés en fonction de l’échelle de la douleur.

Le type 1 correspond à tous les médicaments à base de paracétamol, d’acide salicylique ou d’anti-inflammatoire non stéroïdien.

Le type 2 comprend ceux qui sont composés de codéine et le type 3 est le plus puissant, dérivé de la morphine.

Les types 2 et 3 sont efficaces, mais leur utilisation nécessite obligatoirement un suivi médical.

Le recours à des infiltrations rachidiennes est également possible et c’est à la fois un geste de diagnostic et thérapeutique.

Elles sont à base de cortisone ou d’anesthésiques. La cortisone diminue l’inflammation ainsi que la douleur et l’anesthésie favorise un endormissement de la zone à injecter.

La chirurgie est une indication étiologique que seul le médecin peut décider et elle ne sera adoptée qu’après échec de tous les autres traitements. C’est la laminectomie, la discectomie ou la fusion.